Humeurs

Féminisme: voici pourquoi je ne débats plus

Hello tout le monde! J’espère que vous vous portez bien depuis le temps!! Il s’est passé pas mal de choses de mon côté ces derniers mois (boulot, vacances, nouveaux engagements) et c’est la raison pour laquelle vous n’avez plus vraiment de mes nouvelles. Je suis de retour et je compte bien continuer à vous écrire et à partager avec vous des idées et des bonnes ondes toujours sans tabous , toujours dans la bienveillance et toujours dans le respect des différences.

J’ai pris une petite décision dont je voudrais vous faire part.

J’adore débattre mais débattre sans arrêt sur le féminisme épuise. C’est un fait. Etant donné qu’on parle d’une cause polymorphe et tentaculaire, méprisée par les responsables politiques, diabolisée par la culture populaire et portée selon les préjugés par un groupuscule obscur dissonant, les débats sur la question requièrent un souffle de buffle face à des personnes majoritairement réfractaires à votre postulat. Résultat des courses, après avoir argumenté sans relâche et activé votre Shadow Clone Jutsu*, vous puisez dans vos derniers retranchements, vidé.e.s, exténué.e.s. C’est le principe de la joute verbale me direz- vous mais tout dépend du contexte. Elle est exaltante quand elle est cantonnée au rôle d’exercice et encadrée mais elle demeure éreintante quand elle s’invite systématiquement dans les situations banales de votre vie intime. Quand je remets les choses dans leur contexte et à leur échelle, j’estime qu’éduquer chaque personne qui m’interpelle pour répondre au nom de toutes les féministes du globe comme si nous formions une seule et même entité indissociable ne relève pas de ma responsabilité. J’arrête la contorsion sémantique, je ne me triture plus les méninges pour vulgariser et schématiser mon discours et je n’essaie plus de déclencher le discernement de mon interlocuteur.

Photos prise cet été dans le sud de la France au Grau-du-roi 🙂

Maintenant, à moins d’être invitée à débattre dans un cadre précis, au travers d’un canal de diffusion qui pourrait toucher une audience conséquente, j’argumenterai uniquement dans mes écrits et les contenus que je produis. Ils sont suffisamment détaillés pour que toute personne désireuse d’élargir son champ de vision sur la question puisse assouvir sa curiosité. Un peu comme mon père qui milite depuis 10 ans dans les journaux, dans ses articles et sur sa chaîne Youtube. De toute mon existence, je ne l’ai jamais vu débattre et je comprends à présent pourquoi. Lorsque l’on cultive sa singularité, les actes que l’on pose en ce sens sont déjà de l’ordre du militantisme. Ce principe est assez clair et perceptible dans la manière dont je gère mon quotidien pour que je m’évertue à scander mes préceptes dès qu’un esprit réticent, dubitatif voire hostile le réclame ou me sollicite. Contribuer à faire avancer les choses à mon rythme, en fonction de ma personnalité, de mes possibilités, sans que ma sérénité et ma santé en pâtissent me semble crucial pour redoubler d’efficacité dans la durée. Je veux bien trinquer… mais à l’apéro uniquement!

Et vous? Réussissez-vous à résister à l’envie irrépressible de débattre pour vos idées?

* Technique de combat de Naruto💫💫

Souliers: Bobbies

Sac qui peut griller une rétine: Zara

Abonne-toi pour ne rater aucun article, à bientôt!

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s