Humeurs, Mode

Cunni, orgasme: à quand la fin des tabous et carcans autour de la sexualité féminine?

Les fêtes génèrent toujours une certaine effervescence dans les cœurs propices à se prêter au jeu des réjouissances.  

Chez-soi ou chez l’hôte, on s’applique, on savoure:  la pâte à gâteau tiède qu’on tripote, caresse puis renverse, le blanc monté en neige; sentir le lait chaud épicé à la cannelle sur sa langue, se  pourlécher de délectation,  la liqueur exquise d’un Mon chéri dans la gorge, la douceur de sa cerise acidulée,  tremper ses lèvres dans du champagne rosé , savourer ses billes millésimées qui titillent les pupilles et exaltent les papilles,  le chocolat fondant et son cœur de velours coulant, une fragrance mythique enivrante…  

Est-ce que tu penses à ce que je pense ? Si la réponse est non, repose le téléphone de maman. Si ton esprit vif et espiègle a abrégé le mot “réjouissances” en moins de temps qu’il n’en faut pour le lire, tu as probablement déchiffré cette allégorie du cunni, pratique timidement explorée et entravée par de nombreux tabous et carcans.   

C’est un fait, notre sexualité, rarement assimilée à la jouissance, est considérée comme dépravée si elle est assumée ou pas axée uniquement sur les désidératas masculins. Manquer le Nirvana pour ne pas froisser l’égo de son partenaire, quel gachis… 

   S’ensuivent, la méconnaissance de notre propre anatomie ainsi que la négligence du clitoris et de ses 11 centimètres de pure éruption orgasmique, ou comment se bander les yeux pour admirer un feu d’artifice…    

Avec le stress intense qu’occasionne les fêtes chez les femmes sur qui pèse toute la charge organisationnelle de cette période charnière, et si c’était l’occasion d’offrir à ce corps l’attention et le plaisir qu’il mérite en le gratifiant d’un cocktail d’hormones aux vertus extatiques, antistress et antidouleur à partager ou à déguster dans un émoi solitaire? 

Cette année, lorsqu’au pied du sapin tu découvriras qu’un masque en tissus Denis Brogniart t’est destiné, je te souhaite que le rictus figé de l’incompréhension, laisse place à l’œil qui frise car tu sais niché en toi, un petit miracle, délicieusement emballé dans son écrin divin. 

Doux réveillons et santé à notre plaisir… 

Avant que je te dise où acheter ce que je porte, n’oublie pas de t’abonner pour ne rien rater!

Robe, souliers, bijou: Zara

A bientôt!

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s