Humeurs

Pourquoi La Chronique des Bridgerton en dit long sur l’image de la femme à notre époque

J’ai regardé la Chronique des Bridgertonencouragée davantage par l’engouement autour du scénario inclusif plutôt que par l’éventualité de visionner une fiction d’anthologie. Et parce que je suis faible, il a suffi d’un très gros plan sur la langue pourpre et humide du Duc Simon qui lèche une cuillère au ralenti pour que je me résolve finalement à déceler la profondeur caustique de l’intrigue. En vérité, je vous le dis, si je me suis infligée les niaiseries outrancières et insipides de cette énième déclinaison du genre « romance d’époque », c’est uniquement parce que mon œil affûté a su cerner l’unique potentiel de la série: il est métisse et musclé.  

  L’histoire qui se déroule dans les années 1800 dépeint le portrait d’une société où les femmes sont des objets de désirs paradant tels des paons dans leurs étoffes inconfortables, éduquées pour assouvir le plaisir visuel de ces messieurs. En fait, je trouve qu’à ce niveau rien n’a vraiment changé depuis. L’hégémonie politique, économique, sociétale des hommes et, par analogie, l’industrie de la culture qu’ils détiennent majoritairement a traversé les siècles et les générations en exacerbant ce rapport de domination du regard des hommes sur le corps des femmes. De sorte qu’en société, on attend des femmes qu’elles existent d’abord pour les charmes qu’elles ont à dévoiler. A ce propos, Mona Chollet dans son livre Beauté Fatale les nouveaux visages d’une aliénation féminine cite le philosophe Alain Badiou qui interprétait en ces termes dans une tribune, la loi française sur le port du voile à l’école : « une fille doit montrer ce qu’elle a à vendre. Elle doit exposer sa marchandise (…) On croyait avoir compris qu’un droit féminin intangible est de ne se déshabiller que devant celui ou celle qu’on a choisi(e) pour ce faire. Mais non. Il est impératif d’esquisser le déshabillage à tout instant. Qui garde à couvert ce qu’il met sur le marché n’est pas un marchand loyal.» 

 C’est aussi pour cette raison que pour dominer les chartes, le box-office ou aspirer à une grande visibilité sur les réseaux sociaux, les femmes appliquent les codes qu’elles ont absorbé et qui les conditionnent pour endosser la charge de la désirabilité (tenues affriolantes, corps excitants, nus, éthérés, lisses, plastifiés, postures aguicheuses, gestuelles suggestives, danses lascives, etc.) Les téléspectatrices et téléspectateurs sont donc constamment biberonné.e.s aux mêmes représentations et messages récurrents comme le restitue Rebecca Amsellem,  féministe et fondatrice de la newsletter Les Glorieuses: « Les hommes y jouent, les femmes y apparaissent. Les hommes gagnent, les femmes les célèbrent. Ils désirent, elles sont désirées. Les hommes sont des hommes, les femmes sont des êtres, prêtes à être disposées. »  Cette façon de chosifier le corps féminin par le prisme d’une perspective d’homme hétérosexuel s’appelle le « male gaze » (regard masculin) et a été théorisé par la critique de cinéma Laura Mulvey  en 1975.   Il est omniprésent dans la pop culture (cinéma, séries, magazines, jeux vidéo, dessins animés, œuvres d’art) et s’est imposé comme une norme devenue une réalité tangible à telle enseigne que celles qui s’en écartent sont conspuées.  Nous avons fini par intégrer que l’avis des hommes sur notre physique était déterminant dans notre processus d’estime de soi, alors que la seule garante de notre image et de ce qu’elle dégage, c’est nous-mêmes.  

Deux siècles séparent notre monde de celui de la série sans qu’une évolution significative sur la question se soit esquissée. C’est terrifiant comme le temps court en oubliant l’essentiel. 

N’oublie pas de t’abonner pour ne rien rater!

A bientôt!

Par défaut

2 réflexions sur “Pourquoi La Chronique des Bridgerton en dit long sur l’image de la femme à notre époque

  1. Pearly dit :

    Totalement d’accord avec toi. C’est bien triste que le corps de la femme soit pris pour de la marchandise. D’ailleurs c’est fort probable que c’est de là qu’est née cette concurrence permanente de beauté entre nous, tout ça dans l’unique but de plaire aux mecs ! C’est totalement ridicule mais tellement présent partout hélas !!

    A part ça, j’aime sincèrement ta façon d’écrire et de défendre les causes des femmes. Pourrais-tu un jour parler de cette pression constante qu’on subit une fois qu’on a passé le cap des 25 ans et qu’on n’est pas encore marié ou qu’on n’a pas encore d’enfant?

    J’ai 30 ans et déjà à 26 ans, j’avais droit à des questions comme « Tu te maries quand ? » ou encore « Tu n’as pas encore d’enfants? Fais vite car tu vieillis »…

    Le plus surprenant dans tout ça c’est que je pensais être la seule à vivre le calvaire des questions intrusives de ce genre mais non, nous sommes NOMBREUX ! Déjà le célibat peut être un choix (mon cas par exemple), ensuite une femme mariée peut être stérile ou ne pas vouloir d’enfant tout simplement. Pourquoi est-ce si difficile pour les gens de respecter la vie et le choix des autres?! Il est temps que les mentalités changent car trop c’est trop.

    Bref, pour terminer je veux juste te dire merci pour l’existence de ton blog car tu parles de sujets pertinents et ça fait du bien de lire tes articles. A bientôt.

    Pearly

    J'aime

    • Bonjour Pearly, merci pour tes mots si bienveillants. Je suis du même avis que toi sur toute la ligne et je suis contente que mes articles trouvent un écho en toi. Je parle des questions intrusives et inappropriées sur notre vie intime dans mon article sur la diabolisation de la vieillesse féminine et je pense qu’il te parlera. Surtout n’oublie pas de partager les articles qui te plaisent !! Bonne soirée et à bientôt

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s